Métis Breton ?


Métis Breton

de Vincent Byrd Le Sage, d’après une idée de sa maman et de son papa et de son père

Série…très limitée..

 1) La genèse

Je suis né dans la Bretagne profonde, en 1961, d’une maman blanche et d’un père (noir) absent mais pas renié. J’étais métis et fils de notable.

Chez moi tout le monde est blanc, mon papa, ma maman, mes frères et sœurs et jamais dans toute ma famille, ne fut faite la moindre différence à mon encontre au titre de ma couleur. C’est le monde du dehors, et en premier chef l’école primaire -ah ! La douce innocence de l’enfance- qui s’est chargé de me faire comprendre que le terme de nègre s’appliquait à ma personne. Moi, je me sentais d’ici, j’étais tout à fait d’ici, j’étais Vincent. Mais dans leurs regards, dans leurs bouches, j’étais avant tout un noir, un négro.

Je danse le Plinn, le Laridé, l’Andro et autres danses bretonnes. J’ai été élevé au lait ribot, au son de Piaf, Ferré, Brassens. J’ai milité pour Dumont, premier prétendant écologiste à la présidence. J’ai manifesté en protestation contre la marée noire de l’Amoco Cadix et trempé mes pieds dans la mélasse puante vomie par le Torrey Canyon en 67. Mes grands-mères me faisaient des crêpes, des galettes et des ris de veau en vol au vent avec, en dessert, une incroyable charlotte aux abricots que j’en pleure encore. J’ai vu mon premier noir à la télévision.

Pourtant, il y a toujours quelqu’un pour me lancer au fil d’une conversation anodine, un subtil : « …Chez vous au moins vous avez beau temps… », voire un sibyllin : « …Ah, vous, le rythme… ».

À l’instar d’un gros chez les maigres, d’un blond chez les bruns, d’un riche chez les pauvres, d’un petit chez les grands, ou, paradoxe des images, d’une ménagère de 50 ans chez celles qui le valent bien, j’ai avant tout été une apparence aux yeux de mes congénères. Je me suis senti proche des « Autres » : des filles dans un monde de mecs, des rêveurs dans un monde scientifique, des vieux dans un monde de jeunes… Vous n’êtes pas pareil ? Moi non plus.

Je suis las des faux-semblants des vraisemblances.

Après des décades de déclarations d’intention, il nous a fallu une loi pour commencer timidement à admettre les femmes sur la scène politique.

On est toujours la minorité de quelqu’un.

Alors, la plume… « I HAD A DREAM » une histoire de filles pas « pareilles ». « LE MAÎTRE DES TÉNÈBRES » l’exclu de Dieu prend la parole. « 40 jours 40 Nuits » la rencontre entre le « bon » et le « mauvais ». Voir aussi LA RÉPONSE D’UN MÉTIS BRETON À UN MULÂTRE NORMAND

2) Scènes de la vie ordinaire

 

SQ 1 : BUREAU DU CASTING INT/JOUR

 

LE DIRECTEUR DE CASTING : J’ai besoin d’un comédien

LE COMÉDIEN : Bonjour…

LE DIRECTEUR DE CASTING : Ah non, vous vous êtes “black”

 

SQ 2 : AUTRE BUREAU DU CASTING INT/JOUR

LE DIRECTEUR DE CASTING : J’ai besoin d’un “comédien de couleur”

LE COMÉDIEN : Bonjour

LE DIRECTEUR DE CASTING : Ah … vous êtes très blanc quand même hein !?!… Vous êtes de la banlieue ? … Vous êtes antillais alors?… Africain ?… Mais vous êtes d’où alors ?

LE COMÉDIEN : Je suis breton.

LE DIRECTEUR DE CASTING : Allez vous me faites marcher!

LE COMÉDIEN : (interdit)

LE DIRECTEUR DE CASTING : Vraiment ? …

LE COMÉDIEN : Dame non, je danse la gavotte le plinn, le laride, l’an dro, l’anter dro, le cosse ta rouatte (dans lequel il y a cosse ce qui vous rappellera immanquablement les pois de Paimpol autrement nommés pois de la falaise) j’ai longtemps fréquenté les fest-noz avec mes sonneurs d’oncles… Baron et Anneix.

LE DIRECTEUR DE CASTING : Ah ben…

Vous savez pour ce rôle il nous faut quelqu’un d’authentique, on cherche le personnage vous comprenez… Vous êtez trop… Enfin, pas assez… Euh… Je vous rappelle…

 

SQ 4 : TANIÈRE DU COMÉDIEN INT/JOUR

LE COMÉDIEN (seul) : Ô rage, Ô désespoir, Ô affres du cul entre deux chaises dans les moments voués aux paraître.

État exceptionnel, posé entre deux couleurs, entre deux mondes ou cultures pour certains.

Richesse des rencontres, antagonisme des différences, hésitation des appartenances.

 

Si l’essentiel se joue dedans.

Moi ma culture elle est bretonne

Si dans mon corps vibre l’afrique

Ou dans mon nom sonne l’amérique

C’est au son des bombardes et biniou koz

Porte ouverte sur la schizophrénie ? Combat d’identités?

 

Comme le disait si bien un Monsieur de la Comédie Française un “homme de couleur” sur une scène c’est signifiant. ……… Ô Plateau ne signifie tu plus? T’as plu, tu plais plus.

 

Alors? inclassable?

Mais, à suivre…

Essayez le…

 

Définitions :  MÉTIS CHEZ LA ROUSSE

 

Métis : Qui est issu de l’union de deux personnes ce couleurs différentes

Mulâtre : Né d’un noir et d’une blanche ou d’un blanc et d’une noire

Métissage : Union féconde entre hommes et femmes de groupes humains présentant un certain degré de différenciation génétique.

Breton : De la bretagne, habitant ou originaire de bretagne.

 

MÉTIS CHEZ LES MYTHES

 

Métis est la fille d’Océan et de Téthys; première épouse de Zeus.

A la demande de ce dernier, elle fit prendre à Cronos (père de Zeus), le vomitif qui l’obligea à rendre les frères et sœurs de Zeus. Bien qu’elle eût changé de forme pour échapper au lit de Zeus, Métis finit par devenir sa femme.

On prédit à Zeus que si Métis enfantait elle aurait une fille aussi sage que lui ; puis un fils qui deviendrait plus puissant que lui et le détrônerait. Sur ce, Zeus avala Métis alors qu’elle était enceinte. Mais l’enfant qu’elle portait jaillit de sa tête : c’était Athèna.

Dans l’aventure Zeus acquit la sagesse de Métis, ce qui l’aida à rester sur le trône des dieux.

 

Entre chien et loup

Entre noir et blanc

Je ne suis pas ce que je suis

Mais entre vous et moi

le sommes nous jamais ?

 

Sommes nous des Amigrés?

 

Les commentaires sont fermés.